• Poème

     

     

    L'absence

     Qu’elle est dure l’absence.

    Quand elle est passagère, elle permet parfois de comprendre un  manque  affectif.
    On peut arriver parfois à  rétablir les  choses.

     C’est lorsqu’elle est définitive qu’elle devient  insupportable,  insurmontable.

    Ne plus revoir un être cher, qu’il soit parent, enfant, amis.

    Comment faire alors pour combler ce vide ?

     IL n’y a pas de solutions miracles.

    Chacun doit s’adapter plus ou moins bien.

    Certains passent par des dépressions ou se réfugies dans l’alcool
    La peine  et le chagrin, la culpabilité parfois, ne s’estompent qu’après de longues années.

    Quand on y arrive…

      Mais le vide, l’impression qu’une partie de soi-même a été sectionné,

    Il est toujours là  présent à tout jamais. 

    On se réfugie dans des thérapies qui apaisent un peu, on pense au suicide mais il faut du courage pour franchir le pas.

    Alors il faut survivre, ne plus y  penser.

     Difficile quand les souvenirs reviennent au hasard d’une discussion

    Ils vous narguent, vous remuent le couteau dans la plaie.

     L’absence est toujours là bien enfouie au fond de son esprit,

    IL ne faut pas essayer d’oublier.

    Bien  au contraire.

     Il faut  continuer à le  faire revivre cet être disparu, mais de façon différente.

    L’absence est physique, mais l’esprit lui peut continuer sans voir

    et imaginer une vie parallèle avec cet être parti  ailleurs.

    D’où on ne revient pas.

      L’imagination est fertile,  on peut arriver à se créer une autre vie.

     Refaire l’histoire est impossible mais la continuer à sa façon oui.

     Imaginez que L’absent est toujours là derrière soi au niveau de la nuque.

    On le sent présent.

     Il nous parle, nous insuffle des pensées des idées

      IL est toujours là et cela apaise, réconforte et adoucit la peine.

    Certains diront c’est la folie qui commence.

    Non je ne le crois pas.

    Juste  un moyen simple pour continuer à vivre.

    Tout simplement. 

    @ Marie Pascal

     

    « Les couleurs suite...C'est la Fête des Grands-Mères »

  • Commentaires

    3
    Lundi 6 Mars à 09:40

    toujours une absence qui fait pleurer, il faut y penser et vivre, continuer

      • Lundi 6 Mars à 10:41

        Bonjour Justelenoir, oui surtout quand c'est un enfant. Pour une mère c'est terrible de perdre un enfant et pourtant la vie doit continuer...

        Bonne journée.

         

    2
    Dimanche 5 Mars à 04:12

     l absence , la solitude , font partis de nos vies hélas  il y en a qui tue pour le plaisir alors que d autres sont dans le souvenir douloureux des etres tant aimés ah lala la vie ets dure tres souvent 

     gros bisous 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


.commentbody img {max-width:150px;height:auto;}