• Le jardin du curé

    Si cela vous tente c’est le moment de préparer le terrain et les plants pour faire :

     

    Le Jardin du Curé

    En 1789 la Révolution va bouleverser la vie des paroisses avec l’abolition des privilèges ce qui entraîne la disparition des différentes dîmes, autant de moyens d’existence pour les prêtres. L’Assemblée Nationale décide alors que l’Etat leur versera un salaire et met à leur disposition un logement avec un jardin d’au moins un demi arpent soit environ 25 ares (250m2) jusqu’en 1794, date de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Ces jardins, quand ils ne sont pas revendiqués par la commune resteront le refuge des curés jusqu’à tomber à l’abandon. Toutefois, cette dénomination restera pour désigner ces jardins de simples .ces jardins étaient tout à la fois, potager et lieu de méditation. On y trouvait donc quelquefois une pergola pour se protéger du soleil, un coin pour se reposer ou méditer, une treille, des châssis et une remise à outils et un puit ou une citerne pour l'arrosage.

    jardin de curé, jardin de nos grands mères, ces attributs donnés reflètent les mêmes exigences : nourrir, soigner, décorer. On y trouve donc des fruits et des légumes, des plantes médicinales et condimentaires et des fleurs à couper ou en décoration pour décorer l'autel ou dont le nom rappelle un saint ou un personnage  biblique (Angélique, donnée aux hommes par l’Archange Raphaël, Benoîte, herbe de St Benoît, passiflore, fleur de la passion, cœur de Marie, etc.).

    Dans les anciens jardins, les plantes aromatiques ou « magiques » étaient toujours présentes en accompagnement des légumes et des fruits dans la pluralité de leurs vertus.

     

     

    Absinthe

    Chicorée sauvage

              Ail

    Santoline

      Estragon

    tomates

      Mauve

           courge

    Piment

      Sureau

    Cerisier

       Persil

       Fusain

    Hysope

    Cerfeuil

    Rhubarbe

    Fenouil sauvage

    Trèfle des prés

    Basilic

      Laurier  

         Fraisier sauvage

     Thym citron

         Lavande

    Romarin

    Carottes

          Brunelle

    Sarriette

    Haricots

    Marjolaine

     Menthe des fossés

    Céleri

    Mélisse

    Sauge officinale

     Figuier

    Menthe verte

    Menthe poivrée

    Ciboulette

           Cassis

    Thym

    Verveine Citronnelle

    Groseillier

         Lavande

     

    Absinthe. La fée verte. Antiseptique, digestive, stimulante et vermifuge.

     

    Ail. Vertus magiques, médicinales et aromatiques depuis la plus haute antiquité. Force, courage, virilité étaient les vertus qui y étaient attribuées. Par la suite on découvrit de multiples applications médicinales et aussi comme antidote contre les poisons et les venins. Une anecdote du Béarn : Henry d’Albret, grand-père du futur roi Henri IV lui fit  frotter les lèvres avec une gousse d’ail et lui fit boire quelques gouttes de Jurançon, traitement que le nouveau-né supporta sans pleurer. Henry d’Albret s’écria alors tout joyeux : « Voilà un vrai Béarnais ! ».

     

    Basilic.  Herbe royale. Vertus magiques et médicinales et aromatiques. Calme les démangeaisons (feuilles fraîches placées sur la piqûre d’insecte). Soupe au pistou.

    Dans les salades, dans les courts bouillons.

     

    Brunelle. Vertus magiques et médicinales. Vertus astringentes, cicatrisantes, vulnéraires. Dans certains pays on mange les jeunes pousses en salade. Plante mellifère.

     

    Chicorée sauvage.  Plante magique et médicinale. C’est l’amie du foie. Apéritive, diurétique, tonique.

     

    Cerfeuil. A ne pas confondre avec la Ciguë, même aspect ombellifère. Il ne faut donc utiliser que la plante cultivée. Propriétés diurétiques.

     

    Cerisier. Diurétique

     

    Estragon. Herbe dragon. Antiseptique, apéritives, stimulantes. En cuisine parfume salades, crudités, sauces (béarnaise)

     

    Fenouil sauvage. Diminutif du latin foenum (foin). Propre à guérir tous les maux. Fonctions digestives et intestinales entre autre.

     

    Figuier.  Agit contre les verrues.

     

    Fraisier sauvage  Une infusion de feuilles donne un thé très agréable et rafraîchissant. Astringent, dépuratif, tonifiant. 

     

    Hysope. Herbe sacrée. Vertus digestives, stomachiques, stimulantes. En cuisine parfume sauces et ragoûts.

     

    Laurier.  Laurier noble ou laurier-sauce. A ne pas confondre avec le laurier rose (poison violent), laurier-cerise (feuilles toxiques), laurier-tin (baies purgatives). C’est le seul arbre que la foudre ne frappe jamais. Vertus prophétiques puis ensuite apanage des triomphateurs (les empereurs romains), magiques (chasse les démons), thérapeutiques (antiseptique, stimulant, diurétique). Une autre anecdote : jadis on donnait aux lauréats une couronne de feuilles de lauriers (triomphateurs) ornée de ses baies, cette distinction était appelée bacca laureati ce qui a donné bachelier et baccalauréat.  Indispensable en cuisine dans les bouquets garnis.

     

    Lavande.  Antispasmodique, antiseptique, stimulantes. Traitement de dermatoses, plaies.

     

    Marjolaine.  En Egypte on l’appelait Plante d’Osiris. Vertus apéritives et tonifiantes, antispasmodiques. En cuisine parfume pizzas, volailles, sauces et charcuteries.

     

    Mauve. Calmante, émolliente, laxative. Bonne pour les affections pulmonaires.

     

    Mélisse. Piment des abeilles, thé de France. Plante mellifère et médicinale. Stimulante, stomachique, antispasmodique, carminative.

     

    Menthes. Vient de Mintha, nom donné par Perséphone à une nymphe qu’elle avait transformée en plante par jalousie. Aphrodisiaque, analgésique, stimulante, digestive. Les apports bénéfiques sont nombreux. 

     

    Romarin. Herbe aux couronnes. Pouvoirs magiques et thérapeutiques. Pour les égyptiens son feuillage toujours vert était gage de l’immortalité de l’âme. Antiseptique, (« vinaigre des quatre voleurs », célèbre formule créé en 1628 lors de la grande peste de Toulouse et reprise en 1720 lors d’une épidémie de peste à Marseille, préparation antiseptique à base de vinaigre, d’épices et d’herbes aromatique dont le ROMARIN en bonne place, qui permit aux voleurs de dépouiller les pestiférés sans risque. Stomachique, carminatif, aphrodisiaque (appelé le ginseng français). Utilisé en cuisine pour les viandes grillées.

     

    Sarriette.  Poivre d’âne. Nom dérivé de satyrys, satyres, à cause de ses vertus aphrodisiaques. Digestive, carminative, antispasmodique. En cuisine, indispensable pour éviter les flatulences causées par les choux et tous les féculents. Parfume pizzas, ragoûts, viandes.

     

    Santoline  Herbe à la garde-robe. Appelée ainsi car on en suspendait des bouquets dans les armoires pour protéger le linge contre les mites. Propriéétés antispasmodiques, stimulantes, verfifuges.

     

    Sauge.  Herbe sacrée. Vertus magiques et curatives. « qui a la sauge dans son jardin n’a pas besoin de médecin », dicton populaire exprimant la quantité de qualités thérapeutiques de cette plante. Antiseptique, dépurative, diurétique, toniques, etc.. en cuisine, supporte difficilement les autres aromates. Utilisée pour viandes grillées, rôti de porc, volailles et surtout, un breuvage de santé : « l’aïgo boulido » (aïgo boulido soüve la vido, mas dé tin toye li gens).

     

    Tréfle des prés anti-inflammatoire et anti-anémique

     

    Thym.  Thymus vulgaris. L’Herbe aux fumigations. Magique et thérapeutique. Antiseptique pulmonaire, apéritif, carminatif, antalgique, tonifiant. En cuisine, bouquet garni accompagnant marinades, court-bouillon, grillades.

     

    Verveine citronnelle.   Vertus stomachiques, antispasmodiques, antinévralgiques.

     

     

     

    PARCOURS EN SOUS-BOIS

     

    FOUGERE GRAND AIGLE

     

    FOUGERE MALE : Propriétés médicinales (vermifuge (rhizome en décoction), pieds fatigués en compresses, antiparasitaire).

     

    CHENE

     

    LIERRE : Vertus pectorales, toniques et vulnéraires

     

    GUI

     

    MARRONNIER

     

    ACACIA

     

    PRELE : Propriétés astringentes, cicatrisantes, reminéralisantes.

     

    GINKO BILOBA

     

    TILLEUL

     

    CEDRE

     

    CHARME

     

    FRÊNE

     

    LAURIER-TIN

     

     

     

     

    « SamediPetite citation »

  • Commentaires

    2
    loupzen
    Lundi 19 Mars à 20:30
    loupzen

    trés intéressant et bien documenté.

    1
    Lundi 19 Mars à 10:10

    Bonjour en mode publique he

     

    et bien je ne dirai qu'un mot

    AMEN

    intello

     

    PS

    que de la neige tout le weekend et sans cesse, je ne suis pas sorti du tout

    là ce lundi matin, ça fond doucement

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


.commentbody img {max-width:150px;height:auto;}